Revenir aux résultats
Suivant leurs fonctions et la situation d’implantation, les éléments séparateurs doivent satisfaire à diverses exigences en forme et qualité. Le choix des éléments respecte les critères d’application.

Les éléments séparateurs servant à délimiter les espaces piétonniers et la chaussée ont une fonction essentielle en matière de sécurité. Ils remplissent en outre une fonction de guidage pour les personnes malvoyantes. Les exigences de la norme VSS 640 075 «Espaces de circulation sans obstacles» sont exposées ci-dessous. La fiche technique 116 «Bordures» vous fournira des informations supplémentaires.

Eléments séparateurs

La norme distingue deux types d’éléments séparateurs: ceux qui peuvent être utilisés là où piétonnes et piétons traversent la chaussée, et ceux qui peuvent être utilisé là où aucune traversée n’est prévue. En outre, la norme fixe les exigences en matière d’éléments séparateurs appropriés au trafic cycliste.

Là où aucune traversée n’est prévue pour le trafic piéton, on peut utiliser les éléments séparateurs suivants (ann. ch. 7.1):

  • Ressauts verticaux ≥ 60 mm de hauteur
  • Ressauts inclinés 60 – 80 mm de hauteur et 0.25 – 0.30 m de largeur.
  • Barrières avec socle ou une traverse située à une hauteur max. de 0,30 m au-dessus du sol
  • Bandes de séparation de ≥ 0,60 m de largeur; elles doivent être perceptibles en tant que surface non revêtues ou être entourées de planches.

Pour les traversées ponctuelles ou libres, les éléments séparateurs suivants peuvent être utilisés (ann. ch. 7.1):

Bild

  • Ressauts verticaux bas de 30 mm de hauteur


Bild

  • Bordures basses inclinés de 40 mm de hauteur et de 0,13 – 0,16 m de largeur si l’espace piétonnier adjacent possède un dévers max. de 3 %.


punktuelle Auffahrtrampen 2

  • Des rampes d’accès ponctuelles de 1.0 m de largeur (ann. ch. 7.1.2) peuvent être utilisées en cas de ressaut vertical bas, afin de permettre un accès confortable au trottoir. Pour les malvoyants, elles doivent être identifiées sur toute leur largeur par des plots podotactiles.

Selon la norme, les éléments séparateurs aux traversées doivent satisfaire à des exigences élevées en matière de qualité d’exécution (ann. ch. 8.1.2):

  • Planéité des bordures de trottoir, aussi peu de jointures que possible
  • Pas d’écarts de plus de 5 mm des dimensions nominales verticales.
  • Surélévation du revêtement max. 5 mm
  • Bordure d’écoulement avec pente aussi faible que possible et ≥ 0.15 m de largeur
  • Dévers de la chaussée adjacente de ≤ 3%. Ainsi les auxiliaires roulants ne restent pas coincés dans la flache.

Afin que les éléments séparateurs ne fassent pas trébucher, ils doivent se distinguer des surfaces adjacentes au moyen de contrastes de luminosité (ann. ch. 7.1). Des pavés en béton ou en granit satisfont en règle générale aux exigences de la norme en matière de contraste de luminosité par rapport à une couche bitumineuse. Des ressauts construits sans empierrement, par ex. un îlot en béton sur une chaussée en béton ou un ressaut en enrobé bitumineux muni de bords en acier doivent être mis en évidence visuellement par un marquage. Vous trouverez des informations plus détaillées dans les directives sur la conception et la détermination des contrastes visuels.

La norme VSS 640 075 distingue deux types d’éléments séparateurs pour le trafic des cyclistes: ceux qui doivent être perceptibles avec la canne blanche et carrossables en vélo, sans pour autant que la traversée par des piétons ou des personnes en fauteuil roulant soit prévue (par ex. passage à travers des trottoirs traversants) et ceux qui doivent être à la fois carrossables pour les fauteuils roulant et les vélos tout en étant perceptibles avec la canne blanche (ann. ch. 7.1.3).

Les éléments séparateurs praticables pour les fauteuils roulant et les vélos sont:

  • Bordures basses avec un ressaut incliné
  • Bordures basses verticales combinées à une rampe d’accès ponctuelle large

Pour les délimitations entre espace piétonnier et chaussée utilisées uniquement par le trafic cycliste, outre les éléments séparateurs indiqués ci-dessus il est possible d’appliquer les solutions suivantes:

  • Bordures basses avec un ressaut incliné de 60 mm de hauteur et de 0,25 à 0,30 m de largeur (solution préconisée du point de vue du trafic cycliste)
  • Bordures basses verticales combinées à une rampe d’accès ponctuelle étroite. Le ressaut de 30 mm de hauteur doit être atteint sur une distance maximale de 0.50 m.

Choix de l’élément séparateur approprié

Aux endroits où selon la norme VSS 640 075 (ch. 15) il faut délimiter l’espace piétonnier et la chaussé avec des éléments de séparation, il faut déterminer quels éléments sont les plus appropriés à l’aide du tableau suivant:

Utilisation des différentes bordures

Les critères de choix concernant la bordure la plus appropriée ainsi que les avantages et les défauts de chaque solution sont décrits de manière détaillée dans l’annexe à la norme (ann. ch. 7.1.1). Vous trouvez ci-dessous les données essentielles complétées par quelques explications:

Ressauts verticaux:

  • Un ressaut vertical de 60 mm de hauteur et plus peut être clairement discerné et identifié comme élément séparateur. Il est approprié pour les routes à orientation trafic.
  • Des ressauts verticaux de 30 mm de hauteur sont accessibles aux fauteuils roulants et aux déambulateurs à roulettes. Ils sont mieux perceptibles avec la canne blanche que les bordures inclinées. Ils garantissent le positionnement par rapport à la bordure pour traverser la chaussée, la détection de la limite de la chaussée et un bon guidage longitudinal, offrant ainsi plus de sécurité.

Bordures inclinées:

  • Les bordures avec un ressaut incliné ne sont perceptibles avec la canne blanche que si l’espace piétonnier adjacent présente une inclinaison nettement différente de celle de la bordure. La norme VSS fixe ainsi que l’espace piétonnier adjacent doit posséder un dévers de 3% max. vers la chaussée.
  • Des bordures avec un ressaut incliné de plus de 40 mm ne peuvent pas être franchies par des fauteuils roulants et ne doivent donc être utilisées que si l’accès adapté aux fauteuils roulants n’est pas nécessaire. Ils sont appropriés en particulier pour franchir les trottoirs traversant et aux rampes d’accès pour le trafic cycliste.
  • Les bordures basses avec un ressaut incliné de 40 mm de hauteur et de 0,13 – 0,16 m de largeur peuvent être utilisés à la place de ressauts verticaux de 30 mm de hauteur pour autant que l’inclinaison de la zone piétonnière adjacente possède un dévers ≤ 3%. Elles sont plus facilement praticables par les déambulateurs à roulettes et les fauteuils roulants électriques que des ressauts verticaux. Il n’y a par contre pas d’avantage décelable pour les utilisateurs de fauteuils roulants manuels.

Les exigences relatives aux bordures sont fondées sur de nombreux tests ainsi que des sondages effectués sur plusieurs dispositifs expérimentaux avec un grand nombre de testeurs à mobilité limitée. Ces essais ont été conduits ou suivis par le Centre suisse. Ils corroborent les études comparables faites à l’étranger.

 

état au 09.11.2017

Téléchargement
Liens