Revenir aux résultats
Suivant le volume de trafic dans les zones de rencontre, il peut être nécessaire de créer des espaces piétonniers séparés pour assurer la sécurité des personnes ayant des déficiences sensorielles.

Dans les zones de rencontre, le piéton est prioritaire. Piétonnes et piétons ont le droit d’utiliser toute la surface de circulation pour autant qu’elles ne gênent pas la circulation des véhicules. Grâce à la limitation de la vitesse à 20 km/h, les usagers de ces espaces de circulation ont plus de temps pour réagir et éviter les situations conflictuelles qu’avec des vitesses plus élevées. Cela présuppose toutefois que les usagers sont en mesure de percevoir, juger et évaluer les conditions de circulation. Les personnes ayant des déficiences visuelles, auditives ou cognitives ou des difficultés à se mouvoir et à réagir vite sont de fait défavorisées dans ces zones.

Une acuité visuelle restreinte réduit ou empêche la perception des activités des autres participants à la circulation. Il n’y a en outre pas de possibilité de communiquer par contact visuel direct ou par signe de la main. Sur les surfaces partagées avec le trafic roulant, les personnes malentendantes courent un risque accru d’être surprises par l’arrivée d’un véhicule situé hors de leur champ de vision. Dans ce contexte, il faut se remémorer qu’un handicap auditif n’est pas perceptible par les autres usagers de la route. Il est ainsi impossible de comprendre pourquoi une personne ne réagit pas à un coup de klaxon, de sonnette ou un appel. Ces inégalités touchent un grand nombre de personnes âgées, dont beaucoup sont un peu malvoyantes ou malentendantes.

Suivant le volume et la composition du trafic, et malgré la priorité donnée au trafic piétonnier, il peut ainsi être nécessaire de délimiter des surfaces réservées aux piétons afin de garantir, pour ce groupe d’utilisateurs, la sécurité et une qualité d’accueil dans ces zones. La norme VSS 640 075 «Espace de circulation sans obstacles» indique les critères déterminant un besoin en surfaces délimitées réservées au trafic piétonnier.

Délimitation des surfaces de circulation dans les zones de rencontre

Selon le chiffre 15 de la norme VSS 640 075 «Espace de circulation sans obstacles», il faut d’abord analyser si une délimitation entre surfaces piétonnes et chaussée est nécessaire, puis évaluer si cette délimitation doit être concrétisée par des éléments séparateurs ou si des éléments de guidage sont acceptables du point de vue de la sécurité.

La délimitation d’espaces piétonniers est nécessaire dans les situations suivantes:

  • Forte fréquentation des bâtiments adjacents
  • Moyen ou fort trafic piéton
  • Service de bus à fréquence horaire élevée
  • Important volume de trafic lourd
  • Moyen ou fort trafic roulant
  • Visibilité restreinte

Dans ces situations, selon le chiffre 15.2, il faut, délimiter des espaces piétonnier, dans la mesure du possible par des éléments séparateurs. Dans les zones de rencontre, pareille délimitation peut aussi être réalisée avec des éléments de guidage pour autant que les critères suivants sont remplis:

  • Pas de service de bus ou service de bus à faible fréquence horaire
  • Peu de trafic lourd
  • Trafic routier faible ou moyen

Dans les rues avec tracés de voies ferrées, il faut toujours, même en zones de rencontre, réaliser la délimitation par des éléments séparateurs.

Guidage des itinéraires

Indépendamment de la question de la délimitation des zones piétonnières, il faut dans tous les cas que l’orientation et le guidage des itinéraires soient concrétisés. Si possible, il faut assurer un guidage direct d’itinéraires libre d’obstacles comme des cases de stationnement ou du mobilier urbain (ch.15.1). Les zones de rencontres sans espaces piétonniers délimités sont en règle générale de vastes surfaces dédiées aux piétons. Selon le chiffre 18.1 de la norme VSS 640 075, le guidage des itinéraires doit tout de même être perceptible, palpable et aussi rectiligne que possible. Dans la mesure du possible, il faut réaliser le guidage avec des éléments de construction tel que: éléments séparateurs et de guidage, façades, murs, garde-corps, clôtures, dalles et espaces verts.

Si le recours à des éléments de construction pour assurer le guidage des itinéraires n’est pas suffisant, par ex. en cas d’obstacles le long de l’itinéraire, il peut être nécessaire de poser un marquage tactilo-visuel.

Passages pour piétons en zones de rencontre

Fondamentalement, les zones de rencontre sont conçues suivant le principe de la traversée libre. Etant donné que le trafic piétonnier est prioritaire dans ces zones, la mise en place de passages pour piétons n’y est pas autorisé selon lOrdonnance fédérale sur les zones 30 et les zones de rencontre (RS 741.213.3). Mais lorsque des cases de stationnement notamment sont marquées en zone de rencontre, il peut être très difficile, voire impossible, pour des personnes malvoyantes de déterminer où ils peuvent traverser la chaussée en sécurité, de manière à être vu à temps par les conducteurs de véhicules en mouvement.

S’il n’est pas possible de traverser librement l’ensemble du tronçon, les endroits de traversées appropriés doivent être accentués, en mettant en place par ex. un marquage tactilo-visuel.

      Verkehrsraum : Zones de rencontres. Planungsvorgaben : Principes / Standards. Artikel --- Literatur : Prises de position. Abgrenzung von Fussgängerbereichen : Critères de délimitation par rapport à la chaussée.