Revenir aux résultats
Eine kurze Querungsdistanz und ein möglichst rechtwinkliger Fussgängerstreifen ermöglichen Menschen mit Sehbehinderung sicher das gegenüberliegende Trottoir oder die Mittelinsel zu erreichen.

D’après la norme SN 640 075 «Espace de circulation sans obstacles», les passages pour piétons doivent, si possible, être aménagés sur des tronçons rectilignes et perpendiculairement à la bordure de chaussée (chiffre 8.1.4 de l’annexe). L’origine de cette exigence est que les personnes malvoyantes s’orientent à la bordure de chaussée avec leur canne blanche et traverse ensuite la chaussée à la perpendiculaire.

Dans la pratique, cette exigence est souvent en conflit avec les rayons du débouché et avec le cheminement souhaité par les piétons. Toutefois, si le passage pour piétons traverse la route en biais par rapport à la bordure de chaussée, il existe une très forte probabilité que les personnes malvoyantes se retrouveront au milieu du carrefour et ne trouvent plus de repères auxquels s’orienter.

Une étude de Dietmar Böhringer (péd. dipl.) montre clairement que les personnes malvoyantes éprouvent de grandes difficultés à maintenir leur cap sur de grandes distances (à partir de 5 m, dans une large mesure à partir de 10 m). Cela dépend beaucoup de la présence d’un ressaut vertical leur permettant de s’orienter sur la bordure de chaussée.

Trajectoires de personnes aveugles avec orientation à la bordure, la flèche du signal tactile aux feux ou marquage au sol (dalle avec rainures)

Trajectoires de personnes aveugles avec orientation à la bordure, flèche du signal tactile auf feux de signalisation ou marquage au sol; étude par Dietmar Böhringer, péd. dipl., 2007. Böhringer, 2007

Une distance de traversée courte et un passage pour piétons le plus perpendiculaire possible permettent aux personnes malvoyantes d’atteindre le trottoir opposé ou le refuge en toute sécurité. La perpendicularité peut être considérablement améliorée dans de nombreux cas, p. ex. par l’aménagement d’un îlot bien placé et de forme adéquate qui permet, d’une part, de raccourcir la distance de traversée et, d’autre part, d’améliorer la perpendicularité. Les bordures de la chaussée et de l’îlot doivent être aussi parallèles que possible. Les éléments suivants sont prioritaires lors de la recherche de solutions:

  1. optimiser la position du passage pour piétons afin que celui-ci soit le plus perpendiculaire possible;
  2. aménager un refuge et optimiser sa forme et son emplacement pour que le passage pour piétons soit le plus perpendiculaire possible à la bordure de chaussée et à la bordure de l’îlot;
  3. marquer la position de départ idéale sur le trottoir à l’aide d’une zone d’attention tactilo-visuelle. Déterminer le point de départ en prenant en compte une tolérance de déviation de la traversée rectiligne afin que l’îlot ou le trottoir opposé puisse être atteint en toute sécurité en traversant perpendiculairement à la bordure de la chaussée;
  4. si la traversée est réglée par des feux de circulation, le guidage pendant la traversée peut être complété par un signal acoustique;
  5. si toutes ces solutions ne permettent pas de régler le problème, des lignes de guidage tactilo-visuelles peuvent être tracées en dernier recours sur le passage pour piétons. Cette solution n’est pas idéale, d’une part car les lignes sont rapidement usées par la circulation et, d’autre part, car il est préférable que les personnes malvoyantes traversent rapidement la chaussée en faisant attention à la circulation plutôt que de se concentrer sur des lignes tactiles au sol.
passage pour piétons en biais avec lignes de guidage

Si le passage pour piétons ne peut pas être perpendiculaire, des lignes de guidage sur la chaussée sont admissibles en dernier recours.

 

Stand 24.10.2017