Revenir aux résultats
Les revêtements qui se distinguent suffisamment les uns des autres en termes de planéité, de rugosité et de dureté forment un contraste tactile et peuvent être employés comme éléments de guidage.

La norme SN 640 075 «Espace de circulation sans obstacles» énonce au chiffre 12.3 de l’annexe quelques exemples de surfaces qui, comme les changements de revêtement ou les bandes de revêtement, peuvent servir d’éléments de guidage, celles-ci possédant une rugosité ou une structure de surface qui produit une vibration ou un freinage perceptible par la pointe de la canne blanche lors du balayage. La structure et l’effet de freinage sont perceptibles lors du déroulement des pieds. La norme prévoit également qu’une évaluation des contrastes tactiles ne peut souvent se faire que par échantillonnage ou par comparaison avec des exemples. Cette évaluation doit avoir lieu avec la participation de spécialistes en mobilité et orientation.

D’après la norme, les changements de revêtement nécessitent un contraste moindre par rapport aux bandes de revêtement. Cependant, pour un changement de revêtement, les deux surfaces doivent être praticables en fauteuil roulant alors que la faible étendue des surfaces des bandes de revêtement fait que des irrégularités plus importantes peuvent être tolérées.

Changement de revêtement

On utilise généralement les combinaisons suivantes de revêtements afin d’obtenir un contraste tactile suffisant pour un changement de revêtement, où les deux revêtements sont conçus comme des espaces piétonniers et doivent donc être praticables avec des moyens auxiliaires (chiffre 12.3.1 de l’annexe):

  • couche bitumineuse (asphalte, asphalte coulé) – revêtement naturel lié à l’eau (revêtement naturel stabilisé, revêtement marneux);
  • couche bitumineuse (asphalte, asphalte coulé) – pavage en pierres naturelles (pavages bouchardés, flammés);
  • couches de surface en béton (béton coulé sur place, taloché, structuré) – revêtement naturel lié à l’eau (revêtement naturel stabilisé, revêtement marneux);
  • couches de surface en béton (béton coulé sur place, taloché, structuré) – pavage en pierres naturelles (pavages bouchardés, flammés);
  • dallages (dalles en béton, pierre naturelle, céramique) – pavage en pierres naturelles (pavages bouchardés, flammés).

On peut obtenir un contraste tactile beaucoup plus important par rapport aux surfaces ne pouvant être utilisées comme surfaces piétonnes en recouvrant les surfaces adjacentes de gravier ou de gazon, par exemple. Le changement entre le revêtement du chemin et des surfaces naturelles adjacentes est un élément de guidage clairement perceptible.

Bandes de revêtement

On emploie une bande de revêtement pour le guidage des itinéraires sur des surfaces planes et facilement praticables comme des couches bitumineuses, des couches de surface en béton ou des dallages plans. Les pavages suivants sont adaptés d’après la norme SN 640 075, chiffre 12.3.2 de l’annexe:

  • pavés de surface plane (blocs de bétons, pierre naturelle sciée, flammée) avec des joints de 10 à 13 mm de largeur et de 3 à 5 mm de profondeur;
  • pavés de pierre naturelle bruts / clivés avec des joints aussi étroits que possible et remplis sur toute la surface.

Les revêtements adaptés aux bandes de revêtement d’après la norme ne sont pas appropriés pour les fauteuils roulants, les déambulateurs à roulettes ou les cannes. Ils peuvent toutefois être employés comme bande de revêtement s’ils doivent être seulement traversés de manière ponctuelle et s’il existe autour un revêtement facilement praticable et provoquant peu de secousses.

Téléchargement
Liens