Revenir aux résultats
Les bordures d'accostage d'une hauteur de 0.22 m sont reconnues dans presque tous les cantons comme un standard pour les arrêts de bus pouvant être utilisés de manière autonome. La nouvelle fiche technique 120 est une aide à la planification et à la mise en œuvre des installations et des équipements.

Selon la LHand, les arrêts de bus doivent être adaptés d’ici la fin de 2023 afin qu’ils puissent être utilisés de manière autonome et spontanée par les personnes en situation de handicap. Les exigences à cet égard sont décrites en détail dans la fiche technique 120 «Arrêts de bus».

  • Pour les personnes ayant des aides à la marche et à la conduite, des mesures doivent être prises lors du choix de l’emplacement des arrêts dans l’espace routier afin que l’accès autonome soit garanti par la mise en oeuvre de bordures d’accostage hautes de 0.22 m. L’utilisation de la bordure comme guidage d’itinéraire permet une approche précise des véhicules. Il faut en outre tenir compte d’autres exigences concernant les aires de manœuvre nécessaires non seulement à l’embarquement, mais aussi à l’accès sans obstacles de l’arrêt lui-même.
  • Pour les personnes souffrant de déficiences sensorielles, un aménagement très contrasté et un positionnement standardisé des supports d’information ainsi que des aides à l’orientation tactiles et visuelles sont décisifs. Les exigences concernant l’équipement et l’éclairage telles que décrites dans la fiche technique permettent l’utilisation des arrêts, même par des personnes ayant une capacité de perception diminuée.

Une rapide étude effectuée auprès des services de conseil en construction sans obstacles régionaux montre que la norme SN 640 075 «Espace de circulation sans obstacles» est reconnue comme standard dans la plupart des cantons à la norme pour les bordures d’accostage hautes. Seulement trois cantons n’ont pas encore mis en œuvre d’arrêts avec des bordures d’accostage hautes.

Catégories : Actualités. Translation Priorities : Facultatif.